High Maintenance in Toulouse

05 May 2009

Le syndrome de Kingston



Comme beaucoup d’autres avant lui, Toddla T s’est fait kidnapper par Jah en personne. Un temps repéré au sein de l’excellent duo brokent beat Small Arms Fya, le blanc bec british a succombé à la cause de ses ravisseurs dreadlockés dès son premier album, l’explicitement nommé Skanky Skanky. Raison suffisante pour rappeler à quel point la musique jamaïcaine, du ska au dancehall digital, représente le principal creuset de la dance music contemporaine tant au niveau de son mode de production que de sa résonance sociale : rôle pivot du sound system qui privilégie la basse; approche fonctionnaliste du son qui s’élabore dans un work in progress permanent aboutissant à un compromis entre pression du public et possibilités techniques du studio grâce à la médiation opérée par le selector (qui met en adéquation offre et demande sonore); pratique de l’intertextualité musicale à travers le recyclage permanent des riddims et mélodies; invention du remix via le versioning dub et culture de l’exclusivité avec l’emploi des white labels et dubplates, la liste est infinie … La diaspora jamaïcaine se chargeant d’exporter ses pratiques en priorité aux Etats-Unis (le hip hop doit tout à Dj Kool Herc, natif de l’île à ganja) et vers l’ancienne métropole anglaise.

Pas étonnant alors de constater à quel point l’underground britannique est peuplé de victimes consentantes depuis des décennies, celles-là mêmes qui ont contribué à l’inventivité et au renouvellement stylistique de la Perfide Albion en matière de dance music , du breakbeat hardcore jusqu’au dubstep en passant par la jungle et le 2 step. Toddla T, épaulé par le déja vétéran Mc Versatile et Hervé entre autres, se fantasme donc à son tour en rude boy tout droit sorti de Tivoli Garden et tente, avec plus ou moins de bonheur, toutes les déclinaisons british recensées jusqu’ici de la dread attitude (ragga house, drum’n'bass, uk garage). Si l’exercice s’avère parfois décevant, la moitié de l’album est du grand n’importe quoi, quelques pépites ultra catchy émergent dont les dévastateurs singles Manabadman , Sound Tape Killin’ et Shake It.

Suffisant à nos yeux rougis par les spliffs pour patienter jusqu’à la libération imminente des otages première classe que représentent Diplo et Switch , de retour de Kingston en juillet pour délivrer leur projet dancehall Major Lazer qui promet d’être tout simplement phénoménal .

Toddla T - Sound Tape Killin’ / Rice & Peas – Extraits de Skanky Skanky (1965 / 2009) , disponible le 25 mai 2009 .

6 comments:

The Skanker Avenger! said...

A noter la sortie du bbc1 essential mix de Toddla T :)

La Kustom! said...

J'avou que Major Lazer risque d'être grandiose et peut être pourra faire comprendre au Rasta amateur de dancehall et aux Fash amateur de fidget qu'ils partagent le même combat pour la musique électroniqe!!!
à écouter absolument: le remix de Hold The Line de Major Lazer par Ghislain Poirier!!

Nikki Sonic said...

Big up Avenger! Toujours au top !

The Lazer Lazer Avenger! said...

C'est vrai que le major lazer se fait trop attendre (depuis maintenant 2 ans!) et ce n'est pas tous ces remixs qui vont me faire patienter! même si certains sont de qualité comme celui de Poirier ou de Dz :)

Nikki Sonic said...

Allez encore un peu de patience les gars, tout semble calé pour le 6 juiilet !
http://www.factmagazine.co.uk/index.php?option=com_content&task=view&id=2467&Itemid=66

The Lazer Lazer Avenger! said...

Le 6 juillet? C'était prévu pour le 16 juin!
d'ailleurs les pre-order sont déjà ouverts :)
http://tinyurl.com/lazerlazer