High Maintenance in Toulouse

27 February 2011

Man Recordings fête ses six ans au Glazart à Paris



Vendredi prochain, le 4 mars, Man Recordings fête ses six ans au Glazart, à Paris, avec Daniel Haaksman (patron du label), Dj Beware, Lazy Flow (de Youngunz) et Big Dope P. Voici quelques raisons d'y aller :

- Man Recordings a six ans. Pour un label électro, c'est rare et ça témoigne d'une créativité du label qui ne s'épuise pas, et qui se manifeste bien derrière les platines.

- Man Recordings, c'est le son du soleil, le genre de truc qui te fait shaker ton booty vénère.

- Man Recordings te propose dans la même soirée quatre Djs imbattables derrière les platines.

- Man Recordings fait ça dans un lieu super coolos, ouvert et sympa, le Glazart
.
- Man Recordings rameute les plus belles nanas, et les plus beaux gadjos.


T'es convaincu? Sois parmi les quatre premier(e)s coquin(e)s à nous envoyer un mail à highmaintenancetlse@gmail.com, notre boîte e-mail de rêve, et viens vivre le rêve brésilien vendredi 4 mars gratos !
Plus d'infos sur l'évènement Facebook ici.

Et voici une bonne mixtape de Daniel Haaksman pour se chauffer avant:

Playlist :
Oliver $ feat. MC Wes "Subiu Desceu"
C-Mon & Kypski "Bomba" (Daniel Haaksman Remix)
Phenomenal Handclap Band "Baby" (Daniel Haaksman Remix)
Acid Washed "Acid Washed" (Daniel Haaksman Remix)
Tom Staar "Console"
DJ Mujava "Mugwanti" (Sandro Silva Remix)
DJ Malvado "Puto Mekie"
Daniel Haaksman "KId Conga" (Bert On Beats Remix)
Daniel Haaksman "Dubcheck" feat. Boban Markovic Orkestar

23 February 2011

Le Laboratoire



Le Laboratoire est un mini-festival organisé par le collectif Dynamik, qui réunit les principaux acteurs culturels de Toulouse : Les Siestes Electroniques, Aparté, CTV et Le Cabanon. Le concept consiste en une trilogie de soirées, entre Toulouse et Montauban, qui débute demain au Café Connexion (Toulouse), se prolonge le lendemain au Café Prax Paris (Montauban) et se termine le samedi au Saint des Seins (Toulouse). Au programme, des jeunes talents et des groupes de la France entière (Rennes, Bordeaux, Biarritz, Toulouse…) qui se produiront en live ou en dj set. J'aurai quant à moi le plaisir de jouer pour vous le vendredi. Voici la programmation complète :

# JEUDI 24 FEVRIER | Connexion Café (Toulouse) 21h - 3€

Le jeudi, soir des étudiants, sera placé sous le signe de l’electro tropicale et de la techno à Toulouse. Des performances artistiques seront exécutées aux côtés des musiciens et assureront une nuit haute en couleurs.

> FAON & LARCIER (Dawn Records, The Dead Speaker Office/Bordeaux)
> YOUNG FOLKS (Creative Collective/Toulouse)
> INHBERG & PAUL MINI (Dopamine, 42TheFloorRecords/Toulouse)
> BASTIEN B (Le Cabanon/Toulouse)
> RNOT & TT9999 (Dynamik/Toulouse)
> SNATCH (Creative Collective/Toulouse)

# VENDREDI 25 FEVRIER | Café Prax Paris (Montauban) 20h - 3€

Vendredi, direction Montauban, où se succèderont les sets de dj's electro de tous horizons qui seront entrecoupés d’un live inédit. N’oubliez pas stylos, pinceaux ou feutres, car vous pourrez décorer le dancefloor.

> ASIAN PORN STAR (Dynamik/Rennes)
> RADIO MARIO (Dynamik/Biarritz)
> DALE COOPER (HMiT/Toulouse)
> RNOT & TT9000 (Dynamik/Toulouse)
> VOICE STRAP (Up Down/Montauban)

# SAMEDI 26 FEVRIER | Le Saint des Seins (Toulouse) 21h - 3€

Retour à Toulouse le samedi soir pour une série de concerts live. 3 groupes viendront partager leur idée du mariage polygame de la pop, de l’electro et du rock, avant de laisser place aux platines. Seront exposées les meilleures œuvres des jours précédents.

> SING SING MY DARLING (Toulouse)
> ASIAN PORN STAR (Dynamik/Rennes)
> SUPERETS (Dynamik/Rennes)
> YAA (Jerkov/Toulouse)


22 February 2011

54'14'' of UK Funky


© Kevin Bray

Kazey et Karve forment le duo The Town, dont nous vous avons déjà parlé. Ils nous proposent aujourd'hui un mix très travaillé, aux enchaînements très souples, qui constitue un voyage musical entre Londres et Paris, sur le modèle de ce que Kazey avait déjà pu composer à propos de Baltimore avec son fameux Play Me Sexy. Ce mix a prétention à devenir un classique du genre, dans la catégorie UK funky, ce qui n'empêche pas nos deux acolytes de livrer des exclusivités de Tommy Kid, C.D.B.L et de leur propre projet.

Écoute et téléchargement chaudement recommandés...

54'14'' - UK Funky - Mixed & Selected by The Town™ by The Town™ [Karve & Kazey]

TRACKLIST :

1 - L-Vis 1990 - United Groove (The Town Intro Edit)
2 - Ill Blu - Pull It Instrumental (The Town Edit)
3 - Hard House Banton - The Music
4 - Zed Bias Feat. Jenna G - Fly
5 - Tadow - Rising Sun
6 - Contakt - Not Forgotten
7 - Seiji - Basslips
8 - French Fries - Merel
9 - Jook 10 - Get Up
10 - Daniel Merriweather - Red (Lil Silva Remix)
11 - Tommy Kid - Salam Alaykoum
12 - The Town - Velvet Tears
13 - Unknown - WHITE LABEL
14 - Walter Ego - Mofo Riddim
15 - DJ Naughty - Laws Of Attraction
16 - Outkast - SpottieOttieDopaliscious (Nacey Remix)
17 - C.D.B.L - Feel So Good

LIENS :

The Town™ Facebook Fan Page
The Town™ SoundCloud
Kazey Tumblr
Kazey Myspace

21 February 2011

Video of the day




Aujourd'hui, c'est mon anniversaire et j'ai envie de partager avec vous cette vidéo tout fraîchement apparue sur le net, celle de Control, quatrième single de l'album de Spoek Mathambo, Mshini Wam. Il s'agit d'une reprise du classique de Joy Division, She's Lost Control, que Dazed décrit comme de la "darwave township house". Je vous laisse découvrir ce joyau noir tourné sur place, avec des kids du quartier.

19 February 2011

Let's party!



Vous êtes sortis hier et vous allez sans doute ressortir ce soir, quand bien même vous auriez pris toutes les bonnes résolutions du monde. Alors, pour ne pas que vous vous sentiez coupables, je vous propose l'écoute de cinq dj sets imparables, qui vous ôteront tout doute quant au bien-fondé d'aller boire un verre ce soir... Les cinq ont pour point commun de s'articuler autour des différentes formes de la Uk Bass, à l'exception du dernier, peut-être le plus enlevé, orienté Ghetto bass, kuduro, club music.

On commence avec les Montpelliérains de Hazy Hood, le nouveau projet d'un des membres du Binôme, Nikhil, lecteur du blog, associé à Thierry alias Dreamsabout. La paire a moins de la vingtaine mais a déjà un goût sûr, comme on peut en juger par la playlist : de très bons tracks en effet, même si certains enchaînements sont moins bien amenés que d'autres. Un duo à surveiller donc dans les mois qui viennent.

Love From The Future by Hazy Hood


On continue avec un set plus house tout en étant très anglais, celui de Seiji enregistré pour promouvoir la sortie de More Of You / Sticks, qui paraît ce lundi. Vous pourrez avoir plus d'infos et l'acheter ici et .


Le mix suivant a été réalisé par les Mista Men pour le webzine culturel anglais Inhabit-Online. Il est bourré de dubplates et de promos, tel cet excellent morceau de Tommy Kid (Château Lateuf / Club, Bass & Wine), Pump Up The Bass, à sortir très bientôt sur un gros label de Bass music. A noter dans vos agendas : Tommy Kid sera notre principal invité lors de notre prochaine soirée à L'Elektro (Toulouse) le vendredi 18 mars !


Quatrième proposition, le dernier set de Mpulse, enregistré dans des conditions live. C'est le plus mental des cinq, et sans doute notre préféré. Là encore, plein d'exclu. et encore un bon track de son co-blogger, Tommy Kid !


Enfin, terminons avec un mix promotionnel de Dubbel Dutch, par lequel il annonce sa tournée européenne au mois d'avril. S'il passe près de chez vous, ne le manquez pas, et, en attendant, retrouvez-le sur son blog très renommé (et à juste titre), j'ai nommé Palms Out Sounds !


18 February 2011

Zone de ralentissement



Il y a un an, le moombahton faisait son apparition dans la maison du petit cousin à Dave Nada. L'histoire est complètement folle et vous pouvez retrouver tous les détails dans l'interview pour The Fader. L'histoire terminée, Dave Nada ne s'est pas arreté en si bon chemin. Cette petite fête étudiante aurait pu être un simple "accident" mais le bonhomme s'est empressé de faire connaître au monde entier cette dutch house sous codéïne. Quelques compilations et EP plus tard, pas de vraie masse de producteurs, le style reste confidentiel et très peu joué. Seuls quelques proches de Dave Nada se sont lancés dans le délire, que ce soit le label T&A de DJ Ayres ou Mad Decent.

Depuis, quelques gros médias se sont intéressés au phénomène et très récemment Toddla T y a consacré près d'une heure sur Radio 1 (un très bon résumé pour commencer). Le style commence à évoluer et on voit fleurir des mélanges à base de cumbia, de guarachero ou même un style appelé moombahcore proche du dubstep. S'éloignant peu à peu de ses origines, le moombahton prend progressivement son envol. Evidemment, il y a du bon, comme du moins bon. Tour d'horizon rapide de ce qui se fait de mieux en ce moment.

Roska & Jamie George - Wonderful Day (Dave Nada Moombahton edit)

Après avoir lancé le mouvement et nous avoir retourné la tête avec un déluge de sirènes, Dave Nada offre une lecture du genre de plus en plus posée. Pour notre plus grand plaisir, il choisit de réviser le hit UK de Roska et Jamie George. On obtient un étrange mix entre sonorités anglaises et moombahton qui aboutit à quelque chose de très deep, non ?

Layo & Bushwacka - Love Story (Sabo Moombahdeep remix)

Suite à son remix de "La Mezcla" version moombahton, Sabo s'attaque à un autre ibiza anthem. La touche tropicale redonne un peu de souffle au morceau original et le coté deep, assumé jusqu'au titre, donne un côté presque mystique, cosmique à ce fabuleux remix. Peut-on encore appeler ça du "moonbahton" ? Pas si sûr.

DJ Apt One Vs Debonair Samir - Samir Island

Quand on touche à ce morceau légendaire de Baltimore club, on craint d'abord le massacre. Passé ce stade, on écoute. Le pied commence à bouger en rythme et très rapidement c'est le corps entier qui suit le mouvement. Version ultra efficace et surtout bombe dancefloor assurée !

DJ Apt One - Bells & Whistles

DJ Apt One (encore lui) est aussi coté pour ses edit disco que pour ses productions b-more et, fait plus récent, pour ses morceaux moombahton. On appréciera le coté cowbell très groovy disco sur ce Bells and Whistles, qui pousse encore un peu plus loin le truc. Le moombahton n'a pas fini de nous surprendre. Son public s'élargit, des clubs n'hésitent pas à y consacrer des soirées entières, de gros djs s'intéressent de près à ce genre, etc... Bref on attend la suite avec impatience.

13 February 2011

Feel so good



C.D.B.L. est le duo récemment formé par deux activistes de la scène électronique française, Comix Del Biagio et Lambs. L'un et l'autre sont originaires de la région Centre et officient sur le label NoisePorn Records, mais on connaît plus particulièrement le premier comme un des membres du collectif Château Lateuf, qui est derrière le blog Club, Bass & Wine, en pointe au niveau français de la UK bass. Lambs, quant à lui, représente un son plus électro et global house. Leur complémentarité sur Feel So Good saute aux yeux, puisqu'ils parviennent à produire un beau track, à la fois deep et dansant, entre UK garage et funky house. D'ailleurs, le duo a déjà eu des retours très positifs de labels importants, qui pourraient signer le morceau. Mais chut!, on ne vous a rien dit... Donc, pas de free downlaod cette fois.

CDBL - Feel So Good by CDBL

06 February 2011

R'n'Bass

.


HMiT s'en était fait l'écho à l'occasion de la sortie de la dernière compilation signée Brodinski : l'année écoulée semble avoir remis au goût du jour la pratique du bootleg R'n'B. Les remix de Cassie commandités par le label Local Action, les travaux de Deadboy ou Brenmar ainsi que les relectures de Groove Theory et Kelis ci-dessous illustrent l'impressionnante série de morceaux pris en flagrant délit de détournement de minauderies vocales à peine majeures (ok, pour Kelis pas de souci).

Groove Theory - Tell Me Remix by George FitzGerald

Kelis - Brave (Dark Sky Remix) out now by Dark Sky

Pourtant le phénomène est loin d'être nouveau. On pourrait même affirmer qu'il est indissociable de l'histoire de la techno car aucun sous-courant ne s'est exonéré de l'exercice depuis le début des années 1990. Toutefois, c'est bien l'ensemble des sous-genres constituant ce qu'il est désormais convenu d'appeler la bass music qui a systématisé le trafic plus ou moins légal (plutôt moins) des vocaux R'n'B. De par leurs racines plus hip-hop, les techniques de production mises en œuvre par le breakbeat hardcore early 90's ont imposé le recours massif au sampling, au niveau rythmique mais également au niveau mélodique dans la pure tradition jamaïcaine du recyclage permanent. Ainsi la scène rave hardcore s'est transformée en ogre insatiable dévorant sans discernement vocaux reggae, soul, disco, pop ou R'n'B (à une époque où celui-ci prend sa forme moderne sous le vocable New Jack Swing) avec pour mission d'intensifier à moindre frais le sentiment euphorique généré par la frénésie rythmique des morceaux. Au départ il s'agit avant tout d'isoler une partie anthémique mais restreinte de la chanson d'origine afin de disposer d'une accroche mélodique facilement identifiable par l'auditeur. Dans ce cadre le R'n'B américain représente une proie facile notamment pour la jungle, héritière directe du breakbeat hardcore, lorsque celle-ci entame ses expérimentations musicales avant-gardistes vers 1993 : en témoigne l'utilisation de l'organe d'R Kelly par Potential Bad Boy qui, s'extirpant de nappes ambiant, offre un contrepoint bienvenu au bombardement de beats opéré par Have No Fear. Le procédé, parce qu'il recontextualise musicalement la partie vocale, l'extrayant souvent de son océan de guimauve originel, en transforme également le sens comme en attestent deux morceaux de DJ SS s'appropriant respectivement les chants d'Alison Williams (une artiste Def Jam ) et Whitney Houston.

Potential Bad Boy - Have No Fear (1993)

Rhythm For Reasons - The Love Statement (1994)

DJ SS - Black (1995)


Il faut cependant attendre l'émergence du UK garage (genre dont beaucoup de producteurs contemporains se revendiquent) pour assister à la généralisation du véritable bootleg R'n'B ne se contentant pas d'emprunts plus ou moins discrets au morceau original mais en proposant tout simplement une version déviante. Plusieurs raisons peuvent expliquer l'explosion du phénomène dans la deuxième moitié des années 1990. D'abord une étrange convergence stylistique s'opère entre musique électronique britannique et R'n'B US, ce dernier intégrant, par la grâce de producteurs novateurs tels les Neptunes, Timbaland ou Rodney Jerkins, des beats syncopés similaires aux routines 2 step employées par la dance music anglaise. De son côté, le UK garage entend récupérer l'audience féminine perdue par la jungle, ce qui passe par un adoucissement du son rendu possible par les voix sucrées du R'n'B, d'autant plus que leur détournement est encouragé par les maisons de disques qui laissent traîner des acappellas sur les EPs de leurs pouliches dans le secret espoir de se les faire chaparder. Par ce biais, les majors peuvent pénétrer le marché club pour éventuellement sortir officiellement des remix non autorisés à l'origine (en cas de succès underground) quand les producteurs garage espèrent écouler leurs white labels en profitant de mélodies déjà populaires sans payer de droits. De ces intérêts croisés naît l'idée furtive que le UK garage constitue une version futuriste du R'n'B dédiée à la génération rave. Si beaucoup de ces bootlegs exploitent à fond le potentiel commercial des morceaux originaux en se contentant de les dynamiser (cf. The Boy Is Mine), d'autres en proposent des versions irréelles aux aspects érogènes amplifiés (cf. le reworking du Best Friends de Brandy par Large Joints) ou jouent sur les effets de contraste entre rudesse rythmique/masculinité et volupté vocale/féminité (cf Sovereign Vs Destiny's Child).

Brandy & Monica - The Boy Is Mine (Architects Remix) (1998)

Large Joints - Friends (1998)

Myron - We Can Get Down (Groove Chronicles Remix) (1998)


Sovereign - Bug A Boo (2000)


Angie Stone - Brotha (El B Remix) (2002)


Les producteurs post-garage adoptent par la suite une attitude plus inégale face au R'n'B dans les années 2000. Si des bidouilleurs early grime et bassline comme Big Shot perpétuent la tradition du bootleg, si d'autres tentent de féminiser le grime (le label Aftershock a même lancé le R'n'G, fusion R'n'B/grime), ce dernier courant privilégie assez vite la testostérone, négligeant bientôt les divas US pour laisser place à la hargne des mcs. Pourtant, de façon assez ironique, le genre a surexploité les instrumentaux R'n'B pour mettre en valeur le flow d'hommes en colère renversant par là-même la logique initiale du bootleg. Ce relatif désintérêt autorise l'essor de scènes concurrentes qui, à l'instar de la drum'n'bass, de la bassline house puis de la UK funky, n'hésitent pas à piller Cassie, Brandy, Rihanna et leurs petites copines pour attirer les filles.

Ashanti - Rock Wit U (Big Shot Remix) (2003)

Wiley & Kano - Yeah (Usher Underground Freestyle)

Beyoncé - Naughty Girl (TC VIP Bootleg) (2004)

Aaliyah - Are U That Somebody (T2 Bassline Bootleg)


Dans un premier temps la plupart des acteurs dubstep abandonnent eux aussi progressivement le détournement de vocaux féminins, assimilé à une tentative appuyée de pénétrer le mainstream, pour préférer un minimalisme instrumental qui précipite un retour à l'underground. Il faudra attendre l'émergence du son Burial, qui sample abondamment Beyoncé ou Ray J, pour voir réapparaître en masse des fragments vocaux fantomatiques de divas US au sein des productions dubstep puis future garage. Le processus encourage bien sûr la résurgence de bootlegs en bonne et due forme, certains remarquables à l'exemple du travail effectué par Mala à partir des vocalises d'Alicia Keys.

Mala - Alicia (2007)

Deadboy - Long Way 2 Go (Bootleg de Cassie) (2010)


Parce qu'elle reprend à son compte le délire samplédélique du breakbeat hardcore, la ghetto bass des années 2000, dans toutes ses composantes, s'en donne à cœur joie question trafic d'organes féminins. Compte tenu de la faiblesse de leurs moyens, baile funk ou Bmore se contentent souvent de glisser joyeusement une rythmique générique sous un accappella R'n'B mais des producteurs plus aventureux, Diplo ou Switch par exemple, reconstruisent entièrement le morceau original (euh , pas toujours concernant Diplo). A l'heure de l'internet triomphant, il suffit de jeter un œil sur les charts de Hype Machine pour constater à quel point l'exercice du bootleg R'n'B s'est banalisé : tour de chauffe pour les producteurs en herbe, simple plaisir de remixeur du dimanche ou stratégie de communication visant à se faire repérer sur la toile, la pratique aboutit en tous cas à une démultiplication de relectures inégalement réussies, dissolvant quelque peu le supplément d'âme recherché par tous chez les divas US.

Curtis Vodka - Hey Girl (Remix Bmore de Chris Brown) (2006)

Missy Elliot - Bad Man (Diplo Remix) (2006)

P.Diddy Ft. Christina Aguilera - Tell Me (Switch Remix) (2007)



Bonus Tracks:

Brandy - Angel In Disguise (Fantastic Mr Fox's Nature Boy Rerub) [Unreleased / 2010]

04 February 2011

Retour aux sources ?



Les samples de world music sont de plus en plus présents dans les dernières prod. rap. Ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi, mais on se demande d'où vient cette mode. Influence de la tropical house, besoin de retourner aux racines africaines pour les rappeurs noirs américains ou bien tout simplement envie de fraîcheur ? Quelques éléments de réponse avec deux morceaux récents.

I 20 se souvient de ses racines et n'hésite pas à le clamer haut et fort sur le refrain : "Let me hear you say it loud, this one is for my africans". Dans cette prod. de DJ Pain, le sample tribal semble être utilisé comme une référence avant d'être un outil : en résulte un parfait collage entre lyrics engagées et son puissant. Je serais curieux de savoir si le beat a été produit pour les paroles ou l'inverse (ce qui est a priori le plus probable). A venir sur The Gray Area mixtape hosted by DJ Bobby Black.

I 20 - 100% African


Contrairement au morceau précédent, ici, le sample Bollywood-like ne fait que servir le beat de Bangladesh. Lil Wayne nous donne un aperçu de Tha Carter IV et malgré les pseudo leak et tracklist sur tout un tas de sites, on ne sait toujours pas à quoi s'attendre. Ce morceau est la seule vraie indication que l'on ait à ce jour, et on est plutôt rassurés après avoir subi l'immonde The Rebirth. Mack Maine a décrit le morceau comme "A Millie on steroids", Hmit approuve.

[link deleted on request]

BONUS !

Pour conclure ce petit billet, une version complètement dingue du hit Blowin Money Fast aka BMF version Moombahton. Un post plus détaillé sur la folie de Dave Nada, bientôt.


03 February 2011

Le tour du monde en dix labels (plus quelques-uns) par Dabö



Merci à vous, lecteurs : le blog fête ses deux ans !

A l'occasion de ce deuxième anniversaire, nous avons le plaisir d'accueillir dans nos rangs un nouveau rédacteur, Dabö. Vous le connaissez sans doute déjà en tant que producteur et dj grâce aux différents posts que nous lui avons consacrés mais aussi peut-être en tant que blogger, car le jeune homme a longtemps exercé ses talents sur Vous y êtes !* Sur ce blog, il avait pour rôle de faire découvrir les nouvelles tendances d'une electro métissée venue des quatre coins du monde. C'est pourquoi son premier post chez nous constitue en quelque sorte sa cartographie personnelle de ses labels fétiches dans la sphère de la global bass. A l'avenir, il se penchera plus en détail sur certains d'entre eux.

Bonne lecture, et bienvenue à Dabö !


Label : Get Flavor

Origine : France
Pourquoi les suivre : en cinq EPs, le label a réussi à imposer un style minimaliste appuyé sur un équilibre entre percus tribales et samples inspirés.
Artistes : Stinj (créateur), Dakunt (créateur), Skipteque, Deebs, entre autres.
Site : http://www.get-flavor.com
Newsletter : http://getflavorrecords.believeband.com/
Twitter : http://twitter.com/GetFlavorrec
Soundcloud : http://soundcloud.com/get-flavor-records
Le bémol : aucun
Sample :
Retrouvez ci-après la compilation que le label a concoctée pour Noël : http://www.get-flavor.com/non-classe/christmas-pack


Label : Youngunz

Origine : France
Pourquoi les suivre : avec une écurie de talents qui ont pour la plupart moins de vingt ans, le label est à la pointe de la musique électro d'influence tropicale.
Artistes : French Fries, Lazy Flow, Bambounou, Manaré, Alan Gay, Digikid84.
Site : http://www.youngunz.fr
Newsletter : http://www.youngunz.fr/newsletter
Facebook :
http://www.facebook.com/pages/Youngunz/156264711072048
Le bémol : le manque de cohérence entre une partie du label plutôt tropical (Lazy Flow, French Fries...) et l'autre plus disco (Digikid, Alan Gay).
Sample :
Bambounou - Highgyptian




Label : Top Billin'

Origine : Finlande
Pourquoi les suivre : recrutant des artistes différents à chaque sortie, le label déçoit très rarement dans ses choix et propose le meilleur de la bass music.
Artistes : artistes différents pour chaque sortie. Jusqu’à maintenant : Lol Boys, Sam Tiba, Bambounou, etc.
Site : http://www.topbillinmusic.com/
Facebook :
http://www.facebook.com/pages/TOP-BILLIN/127412320632503
Twitter : http://twitter.com/topbillinmusic
Soundcloud : http://soundcloud.com/top-billin/sets
Le bémol : une identité sonore pas forcément très forte et une identité graphique au goût douteux.
Sample :
Worthy – Big Perm (Femme En Fourrure Remix)



Label : Sound Pellegrino

Origine : France
Pourquoi les suivre : le label propose une version sans cesse remise à jour de la house.
Artistes : artistes différents pour chaque sortie. Jusqu’à maintenant : Panteros666, Renaissance Man, Zombie Disco Squad, etc.
Site : http://soundpellegrino.tumblr.com/
Facebook :
http://www.facebook.com/#!/SOUNDPELLEGRINOofficial
Twitter : http://twitter.com/soundpellegrino
Le bémol : certains EPs quelque peu suprenants.
Sample :
Momma's Boy - Betowe (Original Mix)



Label : Sweat it Out!

Origine : Australie
Pourquoi les suivre : au-delà du carton réalisé avec We No Speak Americano, le label de Yolanda Be Cool propose quantité de bons titres aux sonorités jazzy et ensoleillées depuis déjà deux ans.
Artistes : artistes différents pour chaque sortie. Jusqu’à maintenant : Yolanda Be Cool, Vhyce, Teenage Mutants, etc.
Facebook : http://www.facebook.com/sweatitout
Twitter : http://twitter.com/sweatitoutmusic
Le bémol : aucun


Label : Night Slugs

Origine : Angleterre
Pourquoi les suivre : le label de L-Vis 1990 et de Bok Bok propose une nouvelle lecture de la bass music anglaise. Pitchfork a récompensé leur avant-gardisme en classant la track Wut de Girl Unit sortie sur le label 17ème meilleur titre de l'année.
Artistes : Bok Bok, L-Vis 1990, Kingdom, entre autres
Site : http://nightslugs.net/
Facebook :
http://www.facebook.com/pages/Night-Slugs/30447315816
Twitter : http://twitter.com/NIGHTSLUGS
Newsletter : sur le site
Le bémol : aucun


Label : Man Recordings

Origine : Allemagne
Pourquoi les suivre : après cinq ans d'existence, le label de Daniel Haaskman ne relâche pas ses efforts pour nous fournir le meilleur de l'électro métissée.
Artistes : artistes différents pour chaque sortie. Entre autres : Daniel Haaksman, Beware & Motorpitch, Edu K...
Site : http://www.manrecordings.com/
Facebook : http://www.facebook.com/Manrecordings
Twitter : http://twitter.com/MANRECORDINGS
Le bémol : aucun
Sample :
Zombie Disco Squad - Dança Do Zumbi



Label : Made to Play

Origine : Allemagne
Pourquoi les suivre : créé aussi il y a cinq ans, le label propose une house technoïde unique.
Artistes : Riva Starr, Jesse Rosse, Round Table Knights, etc.
Site : http://www.madetoplay.net/
Newsletter : http://www.madetoplay.net/mailing-list/
Facebook : http://www.facebook.com/madetoplay?ref=ts
Twitter : http://twitter.com/madetoplay
Soundcloud : http://soundcloud.com/made-to-play
Le bémol : aucun (euh, Jesse Rosse peut-être?)


Label : Bakehaus records

Origine : Australie - Nouvelle Zélande
Pourquoi les suivre : pourquoi tourner le dos à une électro d'aussi bonne humeur?
Artistes : artistes différents pour chaque sortie. Jusqu’à maintenant : Tim Corin, Tom Piper, Dany F, etc.
Facebook :
http://www.facebook.com/bakehausrecords?ref=ts&v=app_178091127385
Twitter : http://twitter.com/bakehausrecords
Soundcloud : http://soundcloud.com/bakehausrecords
Le bémol : aucun


Affaires à suivre :

PMR : lancé le 10 janvier avec un bon EP de Julio Bashmore, le label risque de faire parler de lui.

Ten Thousand Yen : lancé en juillet 2010, le label semble bien parti.

Bossman records : le label qui a déjà annoncé la couleur avec un EP plein de fraicheur en téléchargement gratuit (http://www.mediafire.com/?cv5cb148y888crs) devrait lancer ses premiers EPs courant février.

DBTY : porté par le crew du même nom, le label a déjà quatre EPs de qualité au compteur.

No Brainer Records : le label créé par Malente nous a balancé trois bons EPs et une sortie que je qualifierais de catastrophique (remixer le thème de Star Wars n'est jamais une bonne idée). A voir !

01 February 2011